Un exil intérieur limite vivable, et même presque douillet, finalement...